YNET. Interview de l’ambassadeur pour le site Internet Ynet

Houmous et la paracha de la semaine :
l’Ambassadeur de France fait le bilan de l’année écoulée
YNET, 22/12/10

Il danse au son de la musique orientale, roule en scooter et éviter de manger du gefilte fish. Christophe Bigot, le plus jeune ambassadeur de France jamais posté ici, aspire à la paix et rêve du jour où il pourra se rendre à Beyrouth en voiture.

Il se sent telavivien, les méandres de la politique israélienne ne lui sont pas inconnus, et récemment il a commencé à lire la paracha de la semaine : tel est le quotidien de Christophe Bigot (44 ans), le plus jeune ambassadeur de France jamais posté en Israël, qui achève sa première année en poste et qui au total, a déjà passé 5 ans en Israël.
« C’est important de se souvenir de l’histoire du peuple juif. Parfois, les gens ici sont déconnectés mais il y a ici quelque chose de différent, de spirituel », explique-t-il.

Bigot, qui se déplace en scooter dans les rues de Tel Aviv, n’a rien de mauvais à dire sur la nourriture israélienne, bien qu’il vienne de la capitale gastronomique du monde. Il aime le Houmous, se félicite de la diversité de la cuisine israélienne, mais préfère éviter le gefilte-fish. « J’en mange parce que je suis poli, mais ce n’est pas mon plat préféré », dit-il dans un sourire.

Sur les relations franco-israéliennes, il n’a que des choses positives à dire, et donne comme exemple l’aide française au moment de l’incendie. « M. Netanyahu a demandé de l’aide de l’extérieur et j’ai été en contact avec ses conseillers qui m’ont dit quels étaient leurs besoins. J’ai tout de suite contacté les gens de la présidence à l’Elysée », raconte-t-il.
Il ajoute que non seulement les autorités françaises ont immédiatement répondu présent à l’appel, mais les pompiers eux-mêmes avaient hâte de se mettre au travail. « En France, en raison de la neige, ces gens étaient désoeuvrés depuis des mois. Ces avions étaient dans les hangars et attendaient le mois de mai pour reprendre le travail, » a-t-il dit.

« Convaincu que nous ramènerons Gilad »

Bigot rappelle également les efforts de la France pour oeuvrer à la libération de Gilad Shalit. « Je suis en contact permanent avec Noam et Aviva Shalit ainsi qu’avec le négociateur israélien. Je suis là pour faire tout ce qui est nécessaire », raconte l’ambassadeur. « Nous faisons le maximum et je suis convaincu que nous le libérerons. Il le faut ».

Avec l’annonce de la non-prolongation du gel de la construction et l’effondrement du processus de paix, le diplomate français n’est pas pessimiste pour autant. « Si la méthode employée n’a pas fonctionné, il faut en essayer une autre », estime-t-il. « L’une des possibilités est d’impliquer la région le plus possible. Vous avez de bons partenaires : l’Egypte et la Jordanie. Mais pour arriver à la paix, il faut un consensus au sein de la société israélienne, il faut un accord de 70 à 80% des israéliens. Il est donc important que le Likoud et Israel Beitenu travaillent avec les travaillistes et Kadima. C’est la clé de la réussite », estime Bigot.

Et on ne peut pas terminer sans une note politique. « La paix peut complètement changer Israël », estime l’ambassadeur. « Il est important que vous connaissiez mieux vos voisins, et que vous découvriez qu’ils sont meilleurs que ce que vous pensez. Ils sont certes très différents, mais j’ai été dans la plupart de ces pays et je n’ai jamais ressenti de la haine envers Israël. Il y a beaucoup d’ignorance et de préjugés, mais pas de haine. Ici aussi, on trouve parfois de l’ignorance et un environnement hostile. Je sais que c’est difficile, et que le conflit dure depuis longtemps, mais lorsque la paix arrivera en Israël, et que vous pourrez vous rendre à Beyrouth en voiture en 3 heures, le changement pour Israël sera positif ».

Dernière modification, le 06/11/2012

haut de la page