REVUE DE PRESSE. Mercredi 20 octobre 2010

JPEG

Les Titres
Haaretz (Le pays)

Un accord se profile pour prolonger le mandat de Meïr Dagan jusqu’à l’été prochain
The Jerusalem Post

« Ne renvoyez pas ces enfants », demande Abe Foxman

Maariv (Le soir)

15 ans

Yediot aharonot
(Les dernières nouvelles)

Les témoignages contre le rabbin Motti Elon sont révélés : baisers, caresses et harcèlements nocturnes

ISRAELIENS - PALESTINIENS

Tout d’abord, boycotter / Alex Fishman – Yediot Aharonot

Ce n’est pas uniquement le désaccord sur le gel qui empêche les progrès dans le processus diplomatique. En effet, l’Autorité Palestinienne a récemment présenté à l’administration américaine une liste de nouvelles revendications qui constituent des conditions pour une reprise des négociations directes avec Israël.

L’Autorité Palestinienne exige notamment que les Etats-Unis imposent un boycott des produits israéliens issus des colonies, à l’instar du boycott observé par plusieurs syndicats européens. De plus, elle exige que l’administration américaine fasse pression sur Israël pour que celui-ci lui restitue son ancien statut diplomatique à Jérusalem, à savoir, rouvrir toutes les institutions palestiniennes à Jérusalem-est et notamment l’« Orient House » qu’Israël avait fermé durant l’Intifada. L’Autorité Palestinienne demande aussi qu’on permette à ses représentants de contrôler les passages frontaliers de la bande de Gaza, actuellement sous contrôle égyptien et du Hamas. Par ailleurs, les Palestiniens ont adressé aux Américains une série de demandes d’aide économique.

Une condition palestinienne supplémentaire vise à modifier le déploiement des forces de sécurité en Cisjordanie. En échange de la reprise des pourparlers, l’Autorité Palestinienne demande qu’Israël lui transfère des territoires situés en « zone B » (sous contrôle sécuritaire israélien) et en « zone C » (sous plein contrôle israélien, civil comme sécuritaire). Entre autres, les Palestiniens réclament d’avoir un accès au nord de la mer morte.

Une autre condition palestinienne concerne les pourparlers eux-mêmes. L’Autorité Palestinienne exige que les frontières du 4 juin 1967 servent de base aux négociations sur les frontières du futur État. On peut toutefois supposer qu’au moment des négociations, les Palestiniens ne puissent ignorer les changements démographiques intervenus sur le terrain depuis la Guerre des six jours.

Toutes ces revendications s’ajoutent à la condition de renouvellement du gel de la construction dans les colonies, raison pour laquelle les Palestiniens ont interrompu les négociations il y a un mois environ. Des responsables diplomatiques israéliens doutent que l’administration américaine accepte toutes les conditions palestiniennes. Toutefois, indiquent-ils, la frustration au sein de la Maison Blanche suite au refus israélien de prolonger le gel, pourrait faire en sorte que les Américains endossent certaines de ces revendications afin de renforcer la position de Mahmud Abbas dans le monde arabe.

INTÉRIEUR

Pérès : « Il faut combattre l’oubli, qui met en danger la démocratie » / Yehonathan Liss, Noa Kushrak, Yair Ettinger, Or Kashti et Asaf Shtull-Trauring – Haaretz

Les événements à l’occasion du 15ème anniversaire de l’assassinat de l’ancien Premier ministre Yitzhak Rabin se sont ouverts hier avec une série de rassemblements et de cérémonies organisés à travers le pays. Notamment, « la bougie d’Yitzhak » a été allumée à la résidence du président. Dans son discours, le président Shimon Pérès a mis l’accent sur la nécessité de combattre l’oubli qui caractérise la journée de commémoration depuis plusieurs années. Selon lui, « si nous tenons une soirée de commémoration c’est parce qu’il faut combattre l’oubli. Un tel oubli est l’ennemi de l’Homme. C’est également l’ennemi de la démocratie ».

Toutefois, le rassemblement annuel de commémoration qui se tiendra samedi soir prochain, Place Rabin à Tel-Aviv, devrait être le dernier de ce genre. C’est ce qu‘a décidé la commission chargée de l’organisation de ces soirées. D’après cette décision, à partir de l’année prochaine le caractère de cet événement changera et la cérémonie sera déplacée vers un site alternatif.

Hier soir s’est tenu un rassemblement organisé par la mairie de Tel-Aviv auquel ont participé des milliers de scouts, laïcs comme religieux, venus de tout le pays.
Parmi les intervenants hier, le grand rabbin de Tel-Aviv, Israël Meir Lau, et le ministre des Affaires sociales, Yitzhak Herzog. « Les trois balles de pistolet tirées sur son dos n’ont pas tué seulement un ami, un leader, un commandant, un Premier ministre et un ministre de la Défense ; elles ont également menacé de détruire le pont qui unit la société israélienne », a déclaré le rabbin Lau. Le ministre Herzog a déclaré : « Cette tragédie est terrible. Nous sommes incapables de mesurer son ampleur. Je regrette qu’il y ait des voix qui tentent de déformer et d’occulter la mémoire ».

Un accord se profile pour prolonger le mandat de Meïr Dagan jusqu’à l’été prochain / Aluf Benn – Haaretz

Un accord se profile selon lequel le mandat du chef du Mossad Meïr Dagan sera prolongé de quelques mois, jusqu’à l’été prochain. C’est ce qu’ont indiqué des sources au sein des services de sécurité. Selon ces sources, Netanyahu a d’ores et déjà vérifié auprès de M. Dagan s’il acceptait de rester en poste après décembre. La prolongation du mandat de Dagan permettra d’éviter une situation dans laquelle le chef d’état-major général, le chef du Mossad et le responsable du Shabak (service de sécurité intérieure) sont tous trois relevés de leurs fonctions simultanément, à une période délicate, durant le processus diplomatique avec les Palestiniens, et alors que l’on s’efforce d’endiguer la menace iranienne.
Selon l’accord qui se profile, la relève se fera progressivement : le chef d’état-major Ashkenazi sera remplacé par Galant en février, le chef du Shabak Yuval Diskin quittera ses fonctions en mai et ce n’est qu’ensuite que Meir Dagan sera remplacé./.

Dernière modification, le 21/10/2010

haut de la page