REVUE DE PRESSE. Mardi 12 juillet 2011

JPEG

Les Titres
Haaretz (Le pays)

La Knesset a approuvé la loi sur le boycott ; la lutte passera prochainement à la Cour suprême
The Jerusalem Post

La police : Moshé Katsav a employé
des détectives privés pour déstabiliser
des témoins accusateurs



Maariv (Le soir)

Après avoir été votée à la Knesset,
la loi sur le boycott
fait route vers la Cour suprême

Yediot aharonot

Le but de Katsav :
Prouver qu’il y a eu une liaison 

ISRAËL - PALESTINIENS

La rencontre du Quartette à Washington s’est terminée sans déclaration commune / Natacha Mozgovaya – Haaretz online

La rencontre des représentants du Quartette, qui ont dîné hier soir ensemble, a duré plus de deux heures. Les participants au dîner ont qualifié la rencontre d’« excellente », mais elle s’est conclue sans déclaration commune.

« Ces rencontres n’ont pas pour but de produire des déclarations mais sont l’occasion de se rencontrer, de s’entretenir des différents sujets et de rechercher les moyens de promouvoir le processus de paix », a déclaré un haut responsable américain à des journalistes au terme de la rencontre. « Il existe encore des divergences entre les parties et il faut y remédier avant que le Quartette puisse publier une déclaration commune. Il y a encore du travail à faire, les représentants du Quartette continueront à s’impliquer et à faire tout ce qu’ils peuvent pour faciliter les pourparlers. Une action diplomatique discrète est encore nécessaire pour résoudre les divergences. Le président a dit que quand les parties seront prêtes, nous serons prêts à les aider et nous le ferons lorsque nous verrons des signes en ce sens et que nous aurons une idée de ce qui peut être fait au niveau du calendrier. On ne sait pas exactement ce que les Palestiniens veulent obtenir en septembre. Mais, au bout du compte, tout dépend des parties elles-mêmes. Nous ne pouvons que proposer une voie et faire en sorte que l’effort se poursuive ».

Les représentants du Quartette – le secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-Moon, la secrétaire d’Etat américaine, Hillary Clinton, son homologue russe, Sergueï Lavrov, le haut représentant de l’Union européenne, Catherine Ashton, et le représentant spécial du Quartette, Tony Blair – se sont réunis au Département d’Etat pour comparer leurs positions et tenter de trouver une formule qui permettra de rasseoir Israéliens et Palestiniens autour de la table des négociations, sans y parvenir.

Lors d’une conférence de presse conjointe avec Hillary Clinton avant la rencontre, Catherine Ashton a évoqué le projet palestinien de s’adresser à l’ONU : « Nous ne savons pas encore quelle genre de décision sera soumise au vote et nous devrons tous prendre nos décisions sur la base de ce qui sera proposé. Mais le plus important c’est de créer une réalité, et c’est ce à quoi nous travaillons avec les deux camps ».

La secrétaire d’Etat américaine a ajouté : « Nous essayons de faire avancer les négociations car une décision, une annonce ce n’est pas un accord. La voie qui mène à deux Etats vivant côte à côte dans la paix et la sécurité passe par des pourparlers directs. Plus les parties les reprendront rapidement, plus vite nous aurons un résultat ».

Selon un haut responsable américain qui participait à la rencontre, les participants ont réaffirmé leur soutien au discours sur le Proche-Orient prononcé en mai par le président Obama et ont appelé à la reprise des pourparlers sans conditions préalables.

Intérieur

Les ministres ont boycotté le boycott / Tzvika Brott – Yediot Aharonot

La loi sur le boycott, qui fait de tout appel à boycotter Israël ou les colonies un délit civil, a, comme prévu, été votée hier soir par la Knesset en deuxième et troisième lectures. Le vote a quand même donné lieu à une surprise de taille : Le Premier ministre et plusieurs ministres de premier plan étaient absents. « Le Premier ministre Netanyahu ne se sent pas à l’aise avec cette loi et a préféré ne pas la soutenir », ont expliqué de hauts responsables du Likoud.

A 22h30, l’heure du vote, le Premier ministre était chez lui. Selon des proches qui se sont entretenus avec lui, M. Netanyahu aurait affirmé : « C’est un combat important et légitime, mais c’est une loi qui va un peu loin ». Pourquoi le Premier ministre a-t-il choisi de s’absenter plutôt que de voter contre la loi ou de la bloquer avant le vote ? Cela il ne l’a pas expliqué.

D’autres membres de premier plan de la coalition ont, comme Netanyahu, décidé de ne pas participer au vote. Parmi eux on peut citer le président de la Knesset, Reuven Rivlin, le ministre de la Défense, Ehud Barak, ou le ministre des Affaires étrangères, Avigdor Liberman.

Hier après-midi, le Premier ministre Netanyahu a demandé à ses collaborateurs de trouver un député de l’opposition qui souhaite lui aussi s’absenter du vote pour que leurs absences se compensent. Au dernier moment, ce député a été trouvé et le Premier ministre a été « dispensé » de participer au vote sans pour autant violer la discipline parlementaire. Les députés du parti Haatzmaout, dirigé par Ehud Barak, n’ont eux non plus pas voté. Ils avaient fait savoir au préalable qu’ils s’opposaient à la loi mais devraient s’absenter pour ne pas contrevenir aux règles de la coalition.

Après l’adoption de cette loi, on peut s’attendre à de nombreux recours devant la Cour suprême. De nombreuses organisations de gauche ont d’ores et déjà fait savoir qu’elles contesteraient la loi et demanderaient son annulation. Cette bataille juridique fera certainement appel au conseiller juridique de la Knesset, Eyal Yinon, qui a décrit certains points de la loi comme « à la limite de l’anticonstitutionnalité » mais a affirmé qu’elle pourra être défendue devant la Cour suprême./.

Dernière modification, le 15/07/2011

haut de la page