REVUE DE PRESSE. Lundi 12 septembre 2011

Tous les jours, les meilleurs articles de la presse israélienne traduits en français

JPEG

Les Titres
Haaretz (Le pays)

Les services de renseignement : Des pourparlers diplomatiques feraient baisser la tension dans la région
The Jerusalem Post

Le Premier ministre souhaite rouvrir l’ambassade au Caire sans délai



Maariv (Le soir)

Le parti travailliste vote

Yediot aharonot

La bataille du parti travailliste

REGIONAL

Un haut responsable égyptien : Nous avions mis en garde du danger pour l’ambassadeur / Avi Issacharof – Haaretz

Le site internet du journal égyptien al-Ahram, citait hier un haut responsable égyptien selon qui, à la veille de l’attaque contre l’ambassade d’Israël ce week-end, le Caire avait demandé à Jérusalem de laisser son ambassadeur en « vacances prolongées » en Israël, pour éviter des tensions et par crainte que des manifestants égyptiens ne s’en prennent à l’ambassade. Selon ce haut responsable, le gouvernement israélien a insisté pour que l’ambassadeur rentre au Caire au plus vite. En Israël on démentait hier qu’une telle demande ait été adressée par les Egyptiens.

Toujours selon al-Ahram, les Egyptiens auraient promis au gouvernement américain et à Israël que des mesures de sécurité bien plus importantes seront prises afin de s’assurer qu’une telle attaque ne se reproduira pas. Selon le journal, deux hauts responsables israéliens se sont rendus au Caire pour examiner les dispositifs de sécurité qui permettront la réouverture de l’ambassade, une des possibilités étant sa relocalisation.

Il semble que les relations entre les services de sécurité des deux pays se maintiennent tant bien que mal, notamment grâce au Mossad et aux renseignements égyptiens, dirigés par Morad Mowafi, qui restent en contact permanent.

Le général Mohamed Tantawi, chef du Conseil militaire supérieur, et les autres membres de ce Conseil, continuent eux leur numéro de funambule en ce qui concerne leurs relations avec Israël. Si les déclarations anti-israéliennes sont quotidiennes dans la presse et parmi les candidats à la présidence égyptienne, hier on pouvait voir que les autorités s’efforcent de calmer les esprits. Selon la presse, la police égyptienne a arrêté plus de cent participants présumés aux émeutes à l’ambassade et il semble que le régime hésite de moins en moins à prendre des mesures contre les manifestants.

Les principales personnalités politiques égyptiennes ont condamné hier l’attaque contre l’ambassade, à l’exception des Frères musulmans qui ont estimé que c’est là une réaction légitime à la politique de régime égyptien à l’égard d’Israël, après la mort de cinq soldats égyptiens lors de l’incident frontalier qui a suivi l’attentat du 18 août dernier.

L’axe Ankara-Le Caire / Smadar Péri, Itamar Eichner et Binyamin Tobias – Yediot Aharonot

Alors que la crise face à la Turquie et à l’Egypte est à son comble, le Premier ministre turc arrivera aujourd’hui au Caire.

Le Premier ministre Erdogan avait l’intention de se rendre aussi à Gaza, mais les dirigeants du Conseil militaire égyptien ont fait pression pour que cette visite soit annulée.

Au cours de sa visite au Caire, M. Erdogan rencontrera le maréchal Hussein Tantawi et le Premier ministre Assam Sharaf. Il se rendra aussi au siège de la Ligue arabe et prononcera un discours à l’université du Caire. Un accord sur la création d’un Conseil de coopération stratégique turco-égyptien devrait également être signé. Il s’agit de la première visite d’un Premier ministre turc depuis quinze ans.

Malgré les éclaircissements de responsables turcs, qui ont indiqué avant-hier que les menaces du Premier ministre Erdogan, selon lesquelles la marine turque accompagnerait les prochaines flottilles pour Gaza, avaient été sortis de leur contexte, l’ambassadeur d’Egypte en Turquie, Abd Rahman Salah a-Din, a déclaré hier que la Turquie et l’Egypte « renforceront leur coopération en Méditerranée pour garantir la libre navigation ».

Par ailleurs on a appris que suite à ces menaces du Premier ministre Erdogan, l’OTAN a adressé des messages fermes à la Turquie, lui demandant de s’abstenir de toute provocation et de ne pas menacer d’utiliser la force en Méditerranée. A Jérusalem on estime que ce sont ces messages en provenance de Washington et de l’OTAN qui ont poussé l’entourage du Premier ministre turc à fournir des éclaircissements.

ISRAËL - PALESTINIENS

Les services de renseignement : Des pourparlers diplomatiques feraient baisser la tension dans la région / Barak Ravid – Haaretz

Le ministère des Affaires étrangères, les renseignements militaires, le Shabak et le Mossad ont remis ces dernières semaines à l’échelon politique une série de documents d’analyse des développements politiques dans la région. Dans tous ces documents on trouve l’affirmation selon laquelle un processus diplomatique entre Israël et les Palestiniens réduirait la tension dans la région ainsi que l’hostilité à l’égard d’Israël.

Ces documents, rédigés en vue du vote à l’ONU sur la reconnaissance d’un Etat palestinien et suite à la détérioration des relations entre Israël et la Turquie, affirment que les révolutions dans le monde arabe sont susceptibles d’être une menace pour Israël mais qu’elles créent aussi des opportunités qu’Israël pourrait saisir pour améliorer sa position sur la scène internationale. « Dans tous ces documents, il est recommandé d’agir pour progresser face aux Palestiniens », affirme-t-on dans l’entourage du ministre de la Défense, Ehud Barak.

En attendant, les contacts entre l’Europe et les Palestiniens se poursuivent en vue de la demande palestinienne à l’ONU. La France et l’Espagne, en collaboration avec le haut représentant de l’Union européenne pour la politique extérieure, Catherine Ashton, mènent des contacts avancés avec le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, afin de parvenir à un accord qui permettra à un large bloc de pays de l’UE de voter à l’assemblée générale de l’ONU en faveur d’un rehaussement du statut de l’Autorité palestinienne. Celle-ci obtiendrait le statut de pays mais pas celui de membre permanent de l’ONU.

Les Européens souhaitent aussi obtenir des Etats-Unis qu’ils s’abstiennent lors du vote et continuent à fournir une aide aux Palestiniens en échange d’une promesse de Mahmoud Abbas de ne pas porter plainte contre Israël auprès de la Cour pénale internationale.

Mahmoud Abbas rencontrera aujourd’hui au Caire les ministres des Affaires étrangères du comité de suivi de la Ligue arabe, puis il s’entretiendra avec Catherine Ashton./.

Dernière modification, le 13/09/2011

haut de la page