REVUE DE PRESSE. Jeudi 17 mars 2011

JPEG

Les Titres
Haaretz (Le pays)

Dans le monde on estime que le Japon a perdu contrôle
The Jerusalem Post

« Ceci est la réponse à ceux qui critiquent Israël pour stopper les bateaux à destination de Gaza »
Maariv (Le soir)

Perte de contôrle : Le Japon est a la veille d’une catastrophe nucléaire

Yediot aharonot
(Les dernières nouvelles)

Le Japon a la veille d’une catastrophe nucléaire

REGIONAL

Le ministère des Affaires étrangères s’adressera à l’ONU au sujet du navire d’armement / Anshel Pfeffer & Barak Ravid – Haaretz ))

Le ministère des Affaires étrangères doit s’adresser dans les jours à venir à la commission des sanctions du conseil de sécurité de l’ONU concernant l’implication iranienne dans la tentative de transférer de l’armement vers la bande de Gaza. Israël affirmera à l’ONU que ce trafic constitue une violation de la résolution 1747 qui interdit à l’Iran d’exporter des armes.

Hier, les armes saisies sur le Victoria ont été présentées lors d’une conférence de presse au port d’Ashdod auquel ont participé le Premier ministre Binyamin Netanyahu, le ministre de la Défense Ehud Barak, le chef d’état-major Beni Gantz et le chef de la marine Eliezer Marom. Les armes saisies comprenaient 6 missiles prêts à lancer de type C-704 ; 2 lance-missiles, des postes informatiques de contrôle et 2 radars sol-mer de fabrication britannique ; 230 obus de mortier 120 mm d’une portée maximale de 10 km ; 2 260 obus de mortier 60 mm d’une portée maximale de 2,5 km ; et 74 889 balles de Kalachnikov.

Le Shabak (service de sécurité intérieure) a fait échouer l’opération de communication (Hasbara) / Amos Harel – Haaretz

La chance qu’Israël parvienne à tirer un profit politique ou médiatique de la prise d’assaut de la cargaison de missiles iraniens était limitée dès le départ. Mais une gestion étrange de l’événement organisé hier au port d’Ashdod l’a réduite à néant.

Les renseignements et les commandos marins avaient fait un très bon travail dans l’arraisonnement du Victoria. Mais dans les circonstances actuelles, il est très difficile de traduire ce succès opérationnel en un levier diplomatique. Ce n’est pas seulement le fait que les médias globaux se consacrent cette semaine au Japon. Le Premier ministre Netanyahu, qui fait face aux pressions américaines et européennes pour la prise d’une initiative diplomatique vis-à-vis des Palestiniens, souhaitait « vendre » la saisie des missiles comme une preuve de la politique meurtrière des Palestiniens. En apparence, après le massacre d’Itamar, cela aurait dû être un travail facile pour un communiquant comme Netanyahu.

Le problème est que le monde ne se presse pas « d’acheter » l’argument israélien. Les Etats-Unis et l’Europe font aujourd’hui une distinction claire entre l’Autorité palestinienne et les organisations islamistes. Contrairement à l’affaire du navire « Karine A », saisi en janvier 2002, cette fois-ci les missiles interceptés sur le « Victoria » sont destinés au Hamas et au Jihad islamique, et les affirmations (en partie justifiées) de Netanyahu contre l’incitation à la haine menée par l’Autorité palestinienne ne convainquent pas vraiment les Européens ou les Américains.

La marine avait fait tous les préparatifs en vue de la visite de Netanyahu sur le quai d’ Ashdod. Les soldats avaient déchargé les conteneurs toute la nuit. A partir de ce moment-là, les choses se sont compliquées. Le Shabak a retenu une partie des journalistes étrangers pendant plus d’une heure avant de les laisser passer le contrôle de sécurité. Pas étonnant donc que nombre d’entre eux a décidé de quitter les lieux. On peut supposer que dès le départ ils n’étaient pas enthousiastes face à ce qui leur semblait être une démonstration israélienne de propagande.

Il est possible que les contraintes imposées par le Shabak soient indispensables. Mais dans ce cas-là, était-ce vraiment nécessaire que B. Netanyahu et Ehud Barak mènent l’évènement sur le quai ?

Test réussi pour le missile anti-missile « Barak » / Lilach Shoval – Israel Hayom

Une journée après la prise de contrôle du Victoria par les commandos marins et la découverte de six missiles stratégiques de type C-704 à son bord, la marine israélienne a effectué hier un test du missile anti-missiles « Barak ». Le test, qui est effectué tous les ans et demie, en raison de son coût élevé, a été réussi, et la marine a exprimé sa satisfaction suite à ses résultats. Le missile Barak est la réponse de la marine israélienne à des missiles comme le C-704 ou le C-802.

Développé par Rafael, les industries aériennes et la marine, le Barak 1 est considéré comme l’un des systèmes de défense anti-missiles le plus modernes au monde. Les industries militaires développent actuellement le Barak 8, système encore plus avancé qui devrait être effectif en 2013.

REGIONAL

L’un des donateurs du Shas, Zvi Ammar, a été inculpé en France pour fraude et blanchiment de fonds / Dana Herman et Yair Ettinger - Haaretz

L’homme d’affaires juif français Zvi Ammar a été inculpé il y a quelques jours par les autorités marseillaises pour fraude et blanchiment de fonds. Ammar détient une part de 50 % de la radio de Shas « Kol Barama » et est considéré comme très proche du président du parti, Eli Yishaï.

Président du consistoire israélite de Marseille, Ammar est également directeur de l’entreprise de mode Sports Fashion. Selon la police marseillaise, les chefs d’accusation retenus contre lui portent sur des transferts de fonds entre Sports Fashion et une deuxième entreprise de mode au nom de Mercury. La police n’a pas voulu en dire plus sur la nature de la fraude et du blanchiment de fonds. En 2007, le nom de Zvi Ammar avait été lié au meurtre du directeur de Mercury. Il a été relâché pour manque de preuves.

En France, Ammar est considéré comme un porte-parole de la communauté juive et de l’Etat d’Israël. Sioniste ardent, il a augmenté ces dernières années ses investissements en Israël. Il entretient des relations privilégiées avec la classe politique israélienne et est considéré comme un ami proche d’Eli Yishaï. Au fil des années il s’est également lié en amitié avec le Premier ministre Binyamin Netanyahu et les ministres Ehud Barak et Silvan Shalom. Ammar est l’un des généreux donateurs du rabbin Ovadia Yossef et de ses projets religieux, et lui rend souvent visite à Jérusalem. Ces dernières années Eli Yishaï et son épouse passent leurs vacances annuelles ensemble dans la grande villa de la famille Ammar à Marseille et parfois dans sa maison à Jérusalem./.

Dernière modification, le 18/03/2011

haut de la page