Point de presse de la porte-parole du Quai d’Orsay (Paris, le 18/07/2017)

Au point de presse de ce jour, la porte-parole a répondu à des questions portant sur la Syrie et le processus de paix au Proche-Orient

Syrie

Q - Israël est opposé à la trêve dans le sud du pays, car il estime que cela renforce la présence iranienne. Quelle est le point de vue de Paris sur ce point ?

R - Vous connaissez l’attachement de la France à la sécurité d’Israël.

Les discussions en cours entre les États-Unis, la Russie et la Jordanie ont pour but de mettre en place une zone de désescalade dans le sud. Tous les efforts permettant une réduction des hostilités sont utiles.

En lien avec ses partenaires, la France apporte toute son attention aux conditions d’établissement de cette zone, et notamment au retrait des milices.

Processus de paix au Proche-Orient

Q - La France est prête à appuyer "toutes les initiatives diplomatiques". L’initiative internationale initiée par paris l’année dernière fait-elle encore partie des options ou a-t-elle été définitivement abandonnée ?

R - Le président de la République a souligné que « la France est convaincue aujourd’hui de la nécessité de relancer une dynamique politique forte, crédible », qui permette d’aider les parties à renouer les fils du dialogue et de les accompagner vers la reprise et la conclusion d’un processus politique.

C’est dans cet esprit qu’il a reçu à Paris MM. Mahmoud Abbas le 5 juillet et Benjamin Netanyahou le 16 juillet. La France, dont l’engagement en faveur de la résolution du conflit israélo-palestinien est constant, continuera de se mobiliser en faveur des initiatives qui vont dans ce sens et y jouera son rôle. Il importe par conséquent que les conclusions de la réunion qui s’est tenue en janvier 2017 à Paris, qui soulignaient la nécessité d’une solution à deux États, soient bien prises en compte dans les efforts de la communauté internationale en faveur de la paix au Proche-Orient, et la France y veillera.

Dernière modification, le 19/07/2017

haut de la page