Lundi 17 août 2009

JPEG

Les Titres
Haaretz (Le pays)

Expérience à Dimona :
Des employés de la centrale nucléaire
ont bu de l’uranium

The Jerusalem Post

Les résultats de l’autopsie d’Arik Karp n’aideront pas les suspects, indique
au Jerusalem Post une source policière

Maariv (Le soir)

L’adieu à Arik Karp
Yediot aharonot
(Les dernières nouvelles )

Usain Bolt
Comme une fusée

Intérieur

Le principal suspect : « Il m’a traité de sale Arabe » / Yuval Goren, Noah Kosharek, Ofri Ilani, Ofra Idelman et Dan Even – Haaretz

Plusieurs centaines de personnes ont accompagné hier à sa dernière demeure Arik Karp, l’habitant de Tel-Aviv âgé de 59 ans qui a été brutalement assassiné vendredi soir par un groupe de jeunes ivres alors qu’il se promenait sur la plage de Tel Barukh en compagnie de son épouse et de sa fille.

Quelques heures avant les funérailles d’Arik Karp, les résultats de son autopsie ont établi avec certitude que sa mort a été causé par les coups que lui ont infligés les suspects, huit jeunes du village de Jaljulia, une soldate de Kfar Sava et une mineure de Pétah Tikva.

Israël-Palestiniens

Gardes-frontières : Des renforts ont été envoyés en Samarie / Roï Sharon – Maariv

Pour tenter de faire face aux accrochages de plus en plus fréquents avec la population juive en Cisjordanie, le régiment de Samarie a adopté une solution créative : plutôt que les soldats de Tsahal fassent la police face aux colons, la mission sera confiée à une compagnie de gardes-frontières.

Ces gardes-frontières seront chargés de disperser, si nécessaire, les manifestations de colons et d’assurer l’évacuation de colonies sauvages dans la région. Jusqu’à présent, une compagnie de gardes-frontières était attribuée au régiment de Samarie, elle a été rejointe il y a dix jours par cette deuxième compagnie. Au cours de l’année passée, il y a eu plusieurs cas de soldats, de l’armée régulière ou de réserve, qui ont demandé à être dispensés de l’évacuation de manifestants dans les colonies sauvages. C’est pourquoi au commandement de la région centre il a été décidé de renforcer les forces par l’ajout d’une compagnie de gardes-frontières.

« J’attends de l’armée et des gardes-frontières qu’ils se focalisent sur la lutte contre le terrorisme et les troubles à l’ordre public de la part des Palestiniens », a réagi à cette nouvelle le maire de Kedoumim, Hananel Durani.

En contournant l’administration civile : Les colons ont érigé dix nouveaux préfabriqués à Eli / Amos Harel – Haaretz

Pendant que les discussions entre les Etats-Unis et Israël sur une formule convenue concernant le gel de la construction dans les colonies se poursuivent et se prolongent, les colons multiplient leurs efforts afin de modifier la situation avant que la décision ne tombe. Une des principales méthodes d’action utilisée ces derniers mois consiste en l’installation rapide de préfabriqués dans les colonies.

Suite au recommandations du rapport Sasson sur les colonies sauvages, l’Administration civile de Cisjordanie impose aujourd’hui des restrictions au transport de préfabriqués en Cisjordanie.

Au lieu de cela, les préfabriqués sont acheminés en pièces détachées vers les colonies où ils sont érigés rapidement sur des terrains préalablement aménagés à cet effet. Les tentatives d’organisations de gauche et de défense des droits de l’homme d’empêcher la construction sont restées jusqu’ici sans effet.

Début juillet, le Haaretz avait fait état de préparatifs en vue de l’installation d’une dizaines de préfabriqués dans la colonie d’Eli. On pouvait voir alors sur le site les premiers signes de travaux. Un peu plus d’un mois plus tard, les préfabriqués sont pour la plupart prêts à l’emploi et devraient prochainement être habités. La parcelle est située sur des terres appartenant officiellement à l’Etat, à l’intérieur du territoire de la colonie. Cependant, Eli n’ayant pas de plan d’urbanisme approuvé, cette construction est considérée comme illégale.

Plus significatif sur le plan juridique est le cas de Kokhav Yaakov, près de Ramallah, où l’installation de douze préfabriqués a débuté sur des terres privées appartenant à des Palestiniens. L’organisation Yesh Din a porté la semaine dernière l’affaire en recours devant la Cour suprême et la juge Edna Arbel a décidé qu’une audience aurait prochainement lieu à ce sujet.


Diplomatie

L’ambassadeur aux Etats-Unis : « Israël est loin d’envisager une attaque en Iran » / Tzah Yoked – Maariv

« Le gouvernement israélien est loin d’envisager une éventuelle attaque en Iran », a déclaré hier le nouvel ambassadeur d’Israël aux Etats-Unis, Michaël Oren, dans une interview diffusée par la chaîne CNN. Tentant d’apaiser les désaccords avec le gouvernement américain sur le dossier iranien, Oren a souligné : « Le gouvernement israélien soutient l’approche du président Obama ».

En réponse à une question portant sur les propos tenus récemment par John Bolton, ancien ambassadeur des Etats-Unis, qui affirme qu’Israël compte attaquer l’Iran au cours de l’année qui vient, Michaël Oren a répondu : « Je ne crois pas que ce soit vrai ». « Le gouvernement israélien est loin d’envisager cette possibilité », a-t-il indiqué par la suite.

Interrogé sur les informations publiées récemment et faisant état de désaccords entre les gouvernement israélien et américain sur la façon de traiter le programme nucléaire iranien, M. Oren a souligné que, contrairement à ce qui a été dit, le gouvernement israélien soutient l’approche diplomatique que cherche à promouvoir le président Barack Obama depuis sa prise de fonctions, en début d’année. « Le gouvernement israélien soutient l’approche du président Obama vis-à-vis de l’Iran selon laquelle il faut essayer tout d’abord le canal diplomatique », a expliqué l’ambassadeur.

Mais le journaliste Fareed Zakaria a insisté : « Tout le monde sait bien que le gouvernement israélien n’est pas satisfait de l’approche diplomatique américaine », a-t-il contredit Michaël Oren. Celui-ci a répliqué que c’était vrai par le passé, mais que les choses ont changé depuis la visite du Premier ministre Binyamin Netanyahu à Washington en mai dernier. Selon Oren, au cours de cette visite il a été signifié au Premier ministre Netanyahu qu’un réexamen de l’approche diplomatique américaine se ferait dans les tous prochains mois.

« Nous estimons que la date-butoir a été avancée de la fin de l’année à septembre », a surpris Michaël Oren avant d’ajouter : « A vrai dire, nous avons une date précise à laquelle cela doit se faire ». D’ici là, a-t-il souligné, en Israël on est satisfait du fait que « face aux événements récents en Iran, le gouvernement américain s’est montré plus enclin à envisager l’imposition d’une série de sanctions contre le régime iranien dès maintenant »./.

Dernière modification, le 17/08/2009

haut de la page