Déclaration conjointe des chefs d’Etat et de gouvernement de France, d’Allemagne et du Royaume-Uni (New York, 23/09/2019)

Moyen-Orient - Préservation du régime global de non-prolifération et de la sécurité et la stabilité au Moyen-Orient

Nous, dirigeants de la France, de l’Allemagne et du Royaume-Uni, rappelons nos intérêts de sécurité partagés, en particulier au regard de la préservation du régime global de non-prolifération et de la sécurité et la stabilité au Moyen-Orient.

Nous condamnons avec la plus grande fermeté les attaques qui ont visé des sites pétroliers sur le territoire saoudien, le 14 septembre 2019 à Abqaiq et Khurais, et réaffirmons notre pleine solidarité avec le Royaume d’Arabie saoudite et sa population.

Il est clair pour nous que l’Iran porte la responsabilité de cette attaque. Il n’y a pas d’autre explication plausible. Nous soutenons les enquêtes en cours pour disposer de tous les détails.

Ces attaques ont été dirigées contre l’Arabie saoudite, mais elles concernent tous les pays et renforcent le risque de conflit majeur. Elles rappellent l’importance des efforts collectifs à mener en faveur de la stabilité et de la sécurité régionale, y compris de trouver une solution politique au conflit en cours au Yémen. Les attaques soulignent aussi la nécessité d’une désescalade dans la région, par des efforts diplomatiques continus et un engagement avec toutes les parties.

À cet égard nous rappelons notre engagement continu en faveur du JCPoA agréé avec l’Iran le 14 juillet 2015, et endossé unanimement par le Conseil de sécurité des Nations unies. Nous exhortons une nouvelle fois l’Iran à revenir sur ses décisions de réduction du respect de l’accord, et à pleinement adhérer à ses obligations. Nous appelons l’Iran à coopérer pleinement avec l’AIEA dans le cadre du JCPoA et de son Accord de Garanties généralisées.

Conscients de l’importance des efforts collectifs pour garantir la stabilité et la sécurité régionales, nous réitérons notre conviction que le moment est venu pour l’Iran d’accepter une négociation sur un cadre de long terme pour son programme nucléaire, ainsi que sur les enjeux de sécurité régionale, qui incluent ses programmes de missiles et autres vecteurs.

Nous sommes déterminés à poursuivre nos efforts diplomatiques pour créer les conditions du dialogue et le faciliter, avec tous les partenaires intéressés par une désescalade des tensions au Moyen-Orient, dans l’intérêt de la préservation de la paix et de la sécurité internationales, sur la base de notre déclaration du 14 juillet 2019 et des conclusions du G7 adoptées à Biarritz. Nous appelons l’Iran à s’engager dans un tel dialogue et à s’abstenir de toute nouvelle provocation et escalade./.

Dernière modification, le 25/09/2019

haut de la page